Les apiculteurs assistent depuis l’été dernier à une véritable hécatombe dans les ruchers. Nombreux sont ceux qui déplorent jusqu’à 80 % de pertes. Les amis des abeilles dénoncent depuis des lustres les dégâts des néonicotinoïdes, des pesticides particulièrement puissants qui désorientent les insectes. La plupart des professionnels du miel en Dordogne sont à genoux. Si la mortalité des abeilles se poursuit à ce rythme, le métier aura du mal à s’en relever.        Page 2

Couverture du journal en cours